RH Partners

5 questions trop intrusives posées par les recruteurs

Quiconque vous avoue poser des questions intrusives et personnelles à des candidats, sous prétexte qu’ils veulent voir si ces candidats sont « conscients d’eux-mêmes ou suffisamment matures et professionnels », sont eux-mêmes des individus qui ne connaissent pas le sens de la « conscience de soi 

La conscience de soi n’est pas quelque chose que l’on peut évaluer objectivement chez les autres. La conscience de soi est quelque chose que l’on cultive en soi-même. Si vous êtes conscient de vous-même, alors vous savez que le chemin qu’emprunte les autres ne vous regarde pas. Sur quels éléments de vie personnelle une personne travaille ne sont pas vos affaires.

Nous continuons tous à grandir et à apprendre. Aucune personne qui se respecte ne devrait être invitée à confesser des « faiblesses » à un complet étranger. Toutes les questions, fatigantes, passées de mode et intrusives qui ont d’ailleurs ces mêmes effets sur les recruteurs qui les posent, et en perdent l’amour de leur travail, sont des signes de l’insécurité et du besoin de contrôle de ceux qui demandent de les poser. Nous nous devons d’être honnêtes à ce sujet. Toutes celles et ceux qui prétendent avoir besoin de connaitre les faiblesses d’un candidat afin d’évaluer son adéquation à un poste, prennent le risque de passer à côté du véritable talent.

5️⃣ Questions à bannir lors de vos entretiens !

Quelle est votre plus grande faiblesse ?
Où vous voyez-vous dans 5 ans ?
Quelle a été votre plus grand échec ?
(Sous-entendu : Avec l’afflux de tous ces candidats talentueux), pourquoi nous choisirions vous ?
Que dirait votre dernier employeur de vous ? Pourquoi ?

Qu’ont ces 5 questions en commun ? Elles demandent à la personne en recherche d’emploi de danser et de « faire le beau » afin de vous prouver qu’ils méritent une chance sur le poste convoité.
Demander aux candidats de savoir-faire cela est leur demander de piétiner leur estime de soi. Savoir « faire le beau » » n’est pas une compétence professionnelle. Rappelez-vous que si vous recrutez pour votre entreprise ou une autre, c’est pour combler un besoin sérieux qui va lui permettre de résoudre des problèmes, et de la développer.
Que ce soit intentionnel ou non, ces 5 questions renforcent un point de vue biaisé, et mauvais pour votre marque employeur, selon lequel Vous est tout puissant, et le candidat n’est rien. »

5️⃣ Questions plus pertinentes pour vous recruteurs !

Que puis-je vous dire à propos de ce poste ou de cette entreprise ?

Les réponses du candidat à cette question vous renseigneront sur leur recul par rapport au poste, leur compréhension de ce que requiert le job, et du monde des affaires ou du domaine d’expertise en général, ainsi que de leurs priorités, et de leur degré de préparation à cette interview.

Comment ce poste s’inscrit-il dans votre plan de carrière ?

De cette façon vous saurez si cette personne a juste besoin d’un emploi et n’est pas très regardant, ce qui peut être un point de vue parfaitement acceptable selon le job considéré, et absolument inapproprié pour d’autres. Et cela vous donnera également une vision sur le niveau « d’altitude » que le candidat a atteint dans sa carrière.

Lorsque vous vous imaginez travailler à ce poste, quel sera pour vous le plus gros challenge pour démarrer ?

La réponse du candidat à cette question clarifiera combien il/elle s’est projeté dans les prérequis du poste, et quels liens il/elle a pu faire entre des prérequis et sa propre expérience.

A partir de votre compréhension du poste, lesquelles de vos expériences professionnelles ou personnelles pourraient vous aider dans ce job ?

Vous voulez ici avoir des éléments prouvant que le/la candidat(e) puisse prendre en main le poste, et c’est une bonne façon de le faire.

Si vous obtenez le poste, comment projetez-vous d’aborder ce nouveau job, et les projets dont nous discutons ? D’une façon générale, quel serait votre plan d’attaque ?

Ici vous aurez un aperçu de la manière dont l’esprit du/de la candidat(e) fonctionne, et c’est ce que vous voulez. Vous voulez également, que vous soyez recruteur ou prestataire en recrutement, qu’il/elle voit votre esprit travailler autour de leur candidature, et pas simplement égrainer des questions. L’intérêt pour le poste est bilatéral.

 

Source : article rédigé par Frédéric Prado Coach & Consultant RH chez RH Partners