Je ne suis pas mon travail !

Fév 21, 2022

Travail et identité : comment se mettre des limites ?

Qui n’a pas déjà entendu la phrase suivante : et toi, tu fais quoi dans la vie ? Cette question qui peut paraitre anodine interroge en fait sur l’importance du travail dans l’existence sociale d’un individu. En effet, en France, se présenter par sa profession est monnaie courante, ce qui en dit long sur l’importance accordée par notre société au travail. Néanmoins, quels risques y a-t-il à trop s’identifier à son travail ? Et surtout comment apprendre à exister en dehors ? 

Le travail définit-il réellement son identité ? 

Il semblerait que le travail est, après la famille, l’un des composants essentiels de l’identité. La place et l’importance que lui accordent les individus dépendent très fortement de leur catégorie socio-professionnelle et de leur situation familiale. Les salariés construisent au fil de leur carrière non seulement une identité personnelle mais également une identité professionnelle. Ils développent ainsi un sentiment d’appartenance au sein de leur groupe de travail. Néanmoins, certains d’entre eux confondent les deux identités.  Et il est à noter qu’en France, le travail fait partie intégrante de l’identité (70% en France contre 40% au Royaume-Uni ou en Allemagne).  

Lorsqu’un individu s’identifie à son travail, il donne des repères aux autres pour comprendre rapidement qui il est et où il se situe dans l’espace social. Le travail est coté en priorité avant les passions comme s’il reflétait les valeurs. L’individu finit par se reconnaitre à travers son métier et il oublie de la personne qu’il est. Ainsi, l’identité se résume à la profession. 

Le travail définit-il réellement notre identité ?

Aussi, perdre son emploi peut créer une rupture d’identité sociale. Et cela passe par une remise en question de la quête de sens au travail. La perte d’un emploi peut donc se traduire par une perte d’identité car cela va au-delà de l’échec personnel. Elle anéantit un réseau et modifie l’image que l’individu donnait de lui à son entourage. Et dans ce contexte, travailler dans une organisation qui possède une forte culture a très souvent un impact considérable sur la construction de l’identité sociale de l’individu. 

A noter que la France fait partie des pays dans lesquels il est commun de penser que le travail est identitaire et non utilitaire car il permet de signaler son statut ainsi que sa position dans la société (contrairement aux pays-anglosaxons). 

Si l’individu est ainsi capable de conserver cette identité dans sa sphère personnelle, Il est alors primordial de s’interroger sur l’approche de l’identité au travail. 

Le travail n’est pas ce que l’on est  !

Le travail n’est qu’une manière d’exprimer qui vous êtes et ce à quoi vous voulez contribuer. Et vous n’êtes pas votre travail ! Et cela, même s’il s’agit d’un travail passion ou d’une vocation. Le travail ne fait pas partie de l’identité d’un individu. L’identité, c’est « être », travailler, c’est « faire ». Et si le « faire » peut s’arrêter, pas l’ « être ».  En définitive, il ne faut pas être dépendant d’un emploi ou d’une seule activité professionnelle. 

Par ailleurs, il est primordial de prendre de la distance par rapport à son métier. Se questionner sur l’importance de la valeur « travail » est nécessaire. C’est prendre du recul sur l’un des aspects de sa vie car s’appuyer en permanence sur son emploi signifie ne pas s’intéresser au reste de l’identité d’une personne.

Le travail n’est pas ce que l’on est !

Aussi, il n’est ni sain ni prudent d’offrir sa vie pour une cause comme obtenir des résultats, une promotion ou un statut social ou encore avoir un travail parfait. La valeur d’un sacrifice dépend de la « hauteur » de la cause. Sacrifier sa vie pour son travail, c’est manquer de prudence : le travail n’est pas relatif à l’homme mais l’homme à son travail. En négligeant la finalité de son existence, l’homme finit par faire de son travail le but de sa vie. Il faut apprendre à se construire mais pas uniquement au travail. Cela peut d’ailleurs conduire au burn-out. 

En définitive, l’engagement au travail est une des valeurs clefs de l’entreprise actuelle mais attention aux collaborateurs qui donnent sans compter ! Jusqu’où doit aller leur engagement ? Celui qui se sacrifie pour son travail met en danger son identité personnelle ! 

Voltaire a écrit : 

« Le travail n’est pas fait pour l’homme et la preuve, c’est que ça le fatigue ».  

Comment se libérer du poids du travail  ?

Pour vérifier si le travail prend une importance beaucoup trop démesurée, il est impératif de se poser les questions suivantes :  

  • Combien de temps pensez-vous au travail en dehors du travail ?  
  • Avez-vous des hobbies en dehors du travail ?  
  • Etes-vous capable de vous décrire autrement que par le travail ? 

Aujourd’hui, il est primordial de se libérer du poids du travail et se demander ce qu’apporte le travail dans la vie. Pour cela, il convient d’être attentif aux signaux d’alerte en prenant conscience des enjeux et des risques encourus. Il faut repenser à ce qui finalise votre existence et à ce qui importe le plus dans votre vie, pour remettre de l’ordre entre cette fin et les moyens. Il serait bien par exemple d’exercer une autre activité en dehors de son travail. Votre profession peut occuper une grande partie de votre vie, mais elle ne constitue pas la totalité de celle-ci.

Focus sur la semaine de 4 jours en France - RH Partners

L’entreprise joue un rôle essentiel également dans ce questionnement de la valeur travail avec notamment la création d’une identité collective qui deviendra le point commun de tous les collaborateurs. Les managers doivent également anticiper toute perte du sentiment d’appartenance et développer d’autres moyens permettant de s’affirmer en dehors de la sphère professionnelle. Développer la notion d’identité sociale permet de s’affirmer autrement que par le travail. 

Par ailleurs, il serait intéressant de voir quelle identité vos parents ont construit à travers leur travail, à qui vous cherchez à plaire. Il convient aussi de prendre de la distance par rapport aux injonctions de la société actuelle et se définir comme être humain avant tout. 

Également, aujourd’hui, certains spécialistes du domaine se demandent s’il est encore nécessaire de s’identifier en priorité à son travail avec autant de chômage en France et une nouvelle organisation du travail due à la pandémie actuelle. 

Et vous, quel est votre rapport au travail ? Comment le considérez-vous et quelle importance y accordez-vous dans votre vie ? Partagez votre vision des choses !

Prenez votre carrière en main !

Que vous ayez envie d’évoluer, de changer de métier, de bouger ou de vous former, nous avons une réponse à chacun de vos besoins.

Notre mission est de vous accompagner à chaque étape de votre vie professionnelle ! 

C’est pour cette raison que chez RH Partners, nous avons développé un ensemble de services et de solutions pour vous accompagner, quelque soit vos problématiques.

Articles similaires